Bougeoir Gio Ponti pour Christofle Gallia

 

 

Magnifique bougeoir Gio Ponti pour Christofle Gallia.
Gio Ponti est né à Milan en 1891. Il est diplômé de l’Ecole polytechnique de Milan en 1921. En 1925 il est nommé directeur à la biennale de Monza, responsabilité qu’il conservera jusqu’à sa mort en 1979. Grâce à son implication, la Biennale connaît un formidable développement : déplacée à Milan en 1933, rebaptisée Triennale d’art et d’architecture moderne, elle devient un lieu privilégié d’observation de l’innovation au niveau international.
En 1928, il lance également Domus, revue d’architecture encore publiée aujourd’hui qu’il dirige jusqu’en 1979 et dont il fait une référence internationale. Créée à l’origine pour promouvoir les idées du Novecento, répercutant et encourageant les projets modernistes d’après la guerre, Domus joue un rôle important dans l’évolution du design et de l’architecture italiens et internationaux. Ponti y fait découvrir le travail de Charles Eames ou celui du décorateur Piero Fornasetti avec qui il réalise de nombreux projets. Directeur artistique de 1923 à 1930 pour Richard Ginori, fabricant de céramiques, il adapte l’ensemble des créations de l’entreprise à la production en série et conçoit des pièces néoclassiques couronnées d’un grand prix à l’Exposition internationale des Arts décoratifs (Expositions universelles de Paris) en 1925.
En 1928, il est fondateur de DOMUS, une revue d’architecture. En 1930, il crée pour Fontana des meubles et des luminaires et devient en 1933 directeur artistique de la filiale Fontana Arte pour qui il conçoit une lampe cylindrique cernée de disques de cristal et de miroirs. Enseignant de 1936 à 1961 à l’École Polytechnique de Milan, il forme plusieurs générations de designers. De 1946 à 1950, il conçoit pour Venini des bouteilles de verre, des lustres, dont un chandelier multicolore en verre de Murano. En 1948, il crée la célèbre machine à expresso pour La Pavoni dont les cylindres chromés évoquent l’univers industriel. Exportée dans le monde entier, elle devient pour les adolescents qui fréquentent les cafés, le symbole de la « dolce vita ».
Les années 1950 sont les plus prolifiques de sa vie : avec Piero Fornasetti, il crée des aménagements intérieurs néoclassiques, du mobilier. Au même moment, Ideal Standard lui confie la conception d’une gamme de sanitaires. Sa salle de bains « Série B », éditée en 1953, offre une ligne sobre et fonctionnelle à l’opposé du style néoclassique. Dès 1955, la chaise Superleggera conçue pour Cassina, toujours en production aujourd’hui, arrive sur le marché. Ses qualités que sont ses lignes à la fois classiques – inspirées du mobilier traditionnel des pêcheurs de Chiavari, le village d’origine de Gio Ponti – et ultra-modernes ainsi que son poids plume (1,7 kg) font de la Superleggera un classique du design. Gio Ponti contribua, par ailleurs, à créer en 1954 l’une des récompenses les plus importantes du design : le prix Compasso d’Oro. Gio Ponti meurt le 16 septembre 1979. une partie de ses meubles est actuellement fidèlement refabriqué par Molteni & C.
Son travail avec Christofle: 50 ans d’amitié artistique:
Gio Ponti fait la connaissance de Tony Bouilhet – directeur à cette époque de Christofle – en 1925 – lors de l’Exposition des Arts Décoratifs à Paris. Très vite, les deux hommes mettent sur pieds des projets communs. En 1927, Gio Ponti se voit confier par Tony Bouilhet la réalisation d’une maison. Un bâtiment qui résume bien la pensée générale de l’architecte selon laquelle « une maison doit être dessinée comme un tout, du toit au jardin, en passant par la poignée de porte ». Un an plus tard, Christofle dévoile les premières créations de l’architecte lors de la biennale de Venise. La collection comprend notamment un candélabre qui deviendra par la suite l’une des pièces maîtresses de la maison Christofle.
Entre 1950 et 1960, Christofle ne manque aucune occasion de présenter en France le travail de Gio Ponti et plus généralement des artistes italiens. Ainsi, il ira même jusqu’à organiser une exposition sur le thème « formes et idées d’Italie », un événement lors duquel sera dévoilé la fameuse Tour Pirelli, projet architectural d’importance dans la carrière de l’architecte et réalisée à Milan en 1955. Une nouvelle vague de créations seront d’ailleurs présentées à cette occasion : des soliflores, des bougeoirs… Elles seront bientôt complétées par d’autres réalisées par le jeune orfèvre Lino Sabattini, directeur de l’atelier Christofle à Milan (plateau Architettura, couverts à servir Flèche et Pastille, vase Stivate) et une série plus figurative mais également plus fantaisiste composée d’animaux et de masques.
C’est ainsi que l’on peut trouver ce superbe bougeoir Gio Ponti pour Christofle Gallia.

bougeoir Gio Ponti pour Christofle Gallia

hauteur: 7 cm

en métal argenté

circa 1950

2 Commentaires

  1. Fabienne Huillet

    Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant

    Réponse
    • 300 000 km/s

      Bonjour Fabienne. Merci pour vos encouragements. A bientôt j’espère…..

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This